Nijinska / Voilà la femme

Dominique Brun + François Chaignaud

Les Porteurs d'ombre

Nijinska / Voilà la femme

Dominique Brun + François Chaignaud

Les Porteurs d'ombre

Poursuivant depuis de nombreuses années un travail d’exploration des œuvres majeures de l’histoire de la danse, la chorégraphe Dominique Brun rend hommage cette fois à l’une des figures saillantes de la modernité : Bronislava Nijinska, la sœur du célèbre chorégraphe russe Vaslav Nijinski.

Avec plus de vingt interprètes, elle reprend Les Noces composées par Stravinsky entre 1914 et 1917 et créées en 1923 par les Ballets russes avec la chorégraphie de Nijinska. Néanmoins laissée dans l’ombre, elle sera la première et unique femme chorégraphe des Ballets russes et imposera son regard féministe sur l’œuvre. 

Autour d’une autre chorégraphie de Nijinska, Dominique Brun invite François Chaignaud à interpréter la danse et à partager l’écriture du Bolero de Maurice Ravel. Dominique Brun confronte le Boléro à d’autres espagnolades, au flamenco, à la skirt dance ou au butō de Tatsumi Hijikata, au plus près d’une « révolte de la chair ».

Les Noces (1923) | durée : 35 min 
Chorégraphie : Bronislava Nijinska — Conception, interprétation des archives : Dominiques Brun — Chorégraphies intercalaires : Dominique Brun — Assistante à la chorégraphie : Sophie Jacotot — Assistante auprès de Dominique Brun : Judith Gars — Recherches historiques : Dominique Brun, Sophie Jacotot — Photographies des archives : Ivan Chaumeille — Traduction des archives : Maria Nevzorov — Préparation aux pointes : Camille Desmarest — Danseurs (22 danseurs en alternance) : Roméo Agid, Caroline Baudouin, Marine Beelen, Zoé Bleher, Garance Bréhaudat, Florent Brun, Joao Fernando Cabral, Lou Cantor, Clarisse Chanel, Zoé De Sousa, Massimo Fusco, Judith Gars, Maxime Guillon Roi Sans Sac, Anne Laurent, Clément Lecigne, Marie Orts, Enzo Pauchet, Laurie Peschier-Pimont, Maud Pizon, Mathilde Rance, Julie Salgues, Lina Schlageter, Gaspard Charon, Lucas Real, Vincent Lenfant — Musique : Igor Stravinsky — Musiques intercalaires : David Christoffel

Un Bolero (1928) | durée : 18 min
Chorégraphie : Dominique Brun, François Chaignaud — Assistante auprès de Dominique Brun : Judith Gars — Recherches historiques : Dominique Brun, Sophie Jacotot — Photographies des archives : Ivan Chaumeille — Interprétation : François Chaignaud ou Massimo Fusco — Musique (arrangement pour chœur et petit ensemble du Bolero de Maurice Ravel) : Robin Melchior

Création, fabrication des costumes : Marie Labarelle pour Les Noces et Romain Brau pour Un Bolero — Scénographie : Odile Blanchard – Atelier Devineau — Direction technique : Christophe Poux — Lumières : Philippe Gladieux — Régie lumière : Alban Rouge — Son : Eric Aureau — Réalisation technique de la synchronisation de la partie de pianola : René Bosc

Production : Les porteurs d’ombre 
Coproduction : Association du 48 | Le Volcan, Scène nationale du Havre | Chaillot – Théâtre national de la Danse | Les 2 Scènes – Scène nationale de Besançon | Théâtre du Beauvaisis – Scène nationale | Le Quartz – Scène nationale de Brest | Théâtre Louis Aragon, Scène conventionnée d’intérêt national Art et Création – Danse de Tremblay-en-France | Ménagerie de Verre (Paris) | CCN Ballet de Lorraine | La Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne | Le Grand R – Scène nationale La Roche sur Yon | L’Arsenal – Cité musicale-Metz | CCNN – Centre chorégraphique national de Nantes 
Avec le soutien de : Adami | Fonds de dotation du Quartz (Brest) 

L’association Les porteurs d’ombre est soutenue par Le Ministère de la Culture – DRAC Île-de-France au titre de la compagnie conventionnée.

sam. 05.02.22 > 20h

Anglet > théâtre Quintaou – grande salle

Danse
Durée : 1h15

Tarifs

  • Enfant & adhérent 15-25 ans : 10 €
  • Adhérent réduit : 16 €
  • Adhérent classique : 24 €
  • Tarif plein : 32 €
Placement numéroté

La presse en parle

Dominique Brun axe depuis longtemps son travail sur la traversée d’œuvres exaltant la modernité du passé. Sorte d’archéologue magicienne de la danse, elle redonne à ces ballets le lustre de la création la plus vive en dégageant leur radicalité et leur puissance chorégraphique. Après avoir donné deux superbes versions du Sacre du printemps et une relecture époustouflante de "L’Après-midi d’un faune", chefs-d’œuvre signés Nijinski, elle se tourne cette fois vers sa sœur, Bronislava Nijinska

Agnès Izrine, Télérama

aller plus loin

La Grande Classe
06.02.22 / Bayonne
La Grande Classe avec Dominique Brun

Révise tes classiques

9 spectacles